Place de l’Europe à Gorée : Une offense à la mémoire des victimes

Place de l’Europe à Gorée : Une offense à la mémoire des victimes

Monsieur le Président de la République, En tant que citoyenne impliquée de la diaspora afro-américaine et sincère patriote de la République du Sénégal, je viens respectueusement solliciter votre attention sur des faits concernant la Place de l'Europe à Gorée. En fait, un pan de notre histoire vient d’être travesti avec cette inauguration à grande pompe. Je ne ferai pas une lettre kilométrique pour faire toute la genèse de l’esclavage, de son impact sur l’Afrique et des séquelles que trainent encore tous ceux dont les ancêtres ont été déportés en Amérique, en Europe et en Océanie. Je me contenterai d’être qu’un porte-voix qui rappelle que l’Europe, après la découverte de l'Amérique, a orchestré sa mise en valeur grâce à la traite négrière. Donner le nom du vieux continent à une place…
Read More
Déclaration conjointe pour rebaptiser « La Place de l’Europe » à Gorée : « Place de la reconstruction africaine »

Déclaration conjointe pour rebaptiser « La Place de l’Europe » à Gorée : « Place de la reconstruction africaine »

Le scandale triangulaire provoqué par une énième « inauguration » de la prétendue « Place de l’Europe » sur l’île-mémoire de Gorée nous offre l’occasion, au-delà d’une légitime réaction de colère et d’indignation, de poser la question de fond et d’y apporter une réponse pertinente. Reprenant dans son préambule l’article 2 de la Charte constitutive de l’Organisation de l’Unité Africaine, OUA (1963), la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (1981) réaffirmait l’engagement solennel « d’éliminer sous toutes ses formes le colonialisme de l’Afrique », et rappelait aux États-membres leur « devoir de libérer totalement l’Afrique, dont les peuples continuent à lutter pour leur indépendance véritable et leur dignité, (en) s’engageant à éliminer le colonialisme, le néo-colonialisme, l’apartheid, le sionisme, les bases militaires étrangères d’agression et toutes les…
Read More
Sénégal : sens et contre-sens autour de la place de l’Europe à Gorée

Sénégal : sens et contre-sens autour de la place de l’Europe à Gorée

L’inauguration de la nouvelle « Place de l’Europe » sur l’île de Gorée, le 9 mai dernier, a donné lieu à de nombreuses réactions virulentes et indignées. Pour Jeune Afrique, le sociologue et directeur de l’Institut des Futurs Africains Alioune Sall revient sur les questions que pose le choix de cette appellation. Tribune. « Montrez-nous la place d’Hitler en France » ; « C’est comme tatouer l’effigie de son violeur sur son corps »… Sur les réseaux sociaux, dans la presse locale et par le biais de tribunes dans plusieurs journaux internationaux, nombre de Sénégalais ont réagi avec virulence à l’inauguration de la « Place de l’Europe », le 9 mai dernier à Gorée, haut lieu de la mémoire de la traite négrière. Sur Facebook, Felwine Sarr s’est élevé contre…
Read More
GORÉE ET SA « PLACE DE L’EUROPE » ! Par Amadou Lamine Sall

GORÉE ET SA « PLACE DE L’EUROPE » ! Par Amadou Lamine Sall

ugustin Senghor, maire de Gorée, que j’ai en grande estime, est trop en avance sur les cœurs… mais cette plaque, sorte d’hommage à l’Europe au cœur de Gorée, même si elle date, aurait dû faire l’objet d’une très rigoureuse attention, d’une très large concertation qui dépasse de loin la seule mairie de Gorée. Elle n’était ni opportune ni bien réfléchie. Oui, il faut pardonner mais ne jamais oublier cette tragédie, l’ampleur de ce génocide de la traite négrière qui dura des siècles et qui opprime encore tant de cœurs et soulève la colère ! La terminologie « Place de l’Europe » peut paraître fort choquante. «Place du pardon », « Place de la paix », « Place de la fraternité », « Place du Chevalier Saint-Georges » ou « Place…
Read More
Place de l’Europe à Gorée : Blesser la mémoire

Place de l’Europe à Gorée : Blesser la mémoire

Le 9 mai dernier j’assistais à la mairie de Nantes à une cérémonie préfigurant les cérémonies du 10 mai commémorant la traite, l’esclavage et les abolitions. L’adjoint au maire de Nantes rappelait l’ignominie que fut la traite transatlantique et le fait qu’en 2001 la France la déclarait crime contre l’humanité. Eloi Coly conservateur de la maison des esclaves de Gorée était présent. Le Maire-adjoint évoquait le projet d’ajouter pour certaines rues de Nantes portant les noms de négriers, des plaques expliquant qui furent ces derniers et le rôle qu’il avaient joué dans la traite négrière. Nantes fut le plus grand port négrier de France et s’enrichit du commerce transatlantique. J’étais témoin d’une ville travaillant sur sa mémoire et faisant face aux pages sombres de son histoire. Au même moment j’apprenais…
Read More